Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Chute de cheveux chez la femme : comment affronter ce problème ?

La chute de cheveux chez la femme,  bien que moins spectaculaire que chez l’homme, est souvent ressentie comme une véritable mutilation.
Diffuse, elle se situe le long de la raie médiane qui s’éclaircit peu à peu, elle survient généralement après la ménopause. On parle alors d’alopécie féminine quand une centaine de cheveux tombent par jour.

perte de cheveux chez la femme

On parle d’alopécie quand une centaine de cheveux tombe par jour

Une chute de cheveux  brutale et abondante peut-être également d’origine psychologique. Il est important de consulter un médecin qui saura vous orienter vers la solution la mieux adaptée.
Nous avons choisi cet article du MadameFigaro.fr qui répond aux questions les plus fréquentes.

>lire ici l’intégralité

 


La cryolipolyse est disponible au centre de médecine esthétique de Nantes

La cryolipolise est disponible à la clinique capillaire Jules Verne de Nantes

La cryolipolyse : qu’est-ce ?

La cryolipolyse fait son entrée par la grande porte du marché de la médecine médicale. Cette technique inédite permet de faire fondre par le froid les tissus adipeux en excès, résistant aux régimes alimentaires. Ces masses graisseuses inesthétiques sont localisées très souvent sur la face interne des genoux, dans le dos aux niveau des aiselles, sur l’arrière des bras,  la culotte de cheval et l’abdomen.

Cette intervention est bien moins lourde que la  liposuccion car elle est non-invasive —pas de scapel et bistouri—  et donne des résultats exceptionnels sur l’abdomen.

Un choc thermique est appliqué sur la zone à traiter, les adipocytes (cellules graisseuses) sont particulièrement sensibles au froid contrairement aux vaisseaux sanguins et système nerveux périphériques. Cette caractéristique permet la dégradation naturelle des adipocytes en quelques semaines, sans léser les tissus.

A l’occasion du congrès européen de l’esthétique médicale et chirurgicale IMCAS qui s’est tenu à Paris le mois dernier
Europe 1 offre une tribune à la cryolipolyse

Screen Shot 2016-02-16 at 11.53.08 AM

 

 


Galerie de patients : novembre 2015

Galerie de patients novembre 2015

Je suis très content de ma greffe capillaire effectuée fin Mars 2015 et je souhaite refaire un petit complément.

 


APPLICATIONS DERMO-ESTHETIQUES DU PLASMA RICHE EN PLAQUETTES

Introduction au Plasma Riche en Plaquettes (PRP)

Nous disposons de nombreuses techniques en dermo-esthétique nous permettant de gérer les volumes, la tonicité des muscles ou encore la texture des tissus par action thermique, chimique ou mécanique.

Le champ de la revitalisation cutanée était jusque là du domaine de la prévention (alimentation équilibrée, activité physique, suppression du tabac et de l’exposition solaire ….) ou de l’application de topiques (Vitamines, antioxydants, oligoéléments..). Le Plasma riche en Plaquettes (PRP) constitue sans conteste, une idée tout à fait novatrice dans le domaine de la revitalisation capillaire et/ou en complément d’une greffe.

En effet, les plaquettes sont des cellules vivantes, capables de libérer rapidement une grande quantité de facteurs plaquettaires (environ 60) aux vertus revitalisantes et réparatrices. Ce sont ces mêmes plaquettes qui sont responsables de la cicatrisation en cas de blessure. Une fois injectées dans le derme elles vont déclencher une série de réactions débouchant sur la génération de néo tissus.

Enfin, il est  facile à mettre en œuvre puisqu’il suffit d’un prélèvement veineux et d’une centrifugation de quelques minutes. Nous pouvons dire que le PRP est à la revitalisation capillaire ce que le lipofilling est à la restauration des volumes.

  (source Dr Gilbert AMGAR – Clinique Pasteur – Luxembourg)

 

 


Trichotillomanie : un TOC peu connu

La trichotillomanie ? Kézako ?

La trichotillomanie est un trouble du comportement parfois considéré comme compulsif (TOC). Les trichotillomanes ressentent le besoin incontrôlable de s’arracher les cheveux, les cils, les sourcils et tous les poils (ou tout simplement de les toucher/jouer avec). En réalité, ce peut être aussi bien une maladie à part entière que le symptôme d’un trouble psychiatrique plus profond. Selon les études, les femmes seraient plus touchées que les hommes, et la trichotillomanie pourrait toucher aussi bien des enfants que des adultes.

Lire la suite du témoignage sur madmoizelle


MAXIgreffe3D: actualité de juillet 2015

Galerie de patients juillet 2015

Rôle du facteur de croissance du plasma plaquettaire dans la greffe capillaire

Rôle du facteur de croissance du Plasma plaquettaire dans la greffe capillaire

The Role of Platelet Plasma Growth Factors in Male Pattern Baldness Surgery

Carlos Oscar Uebel, M.D., Ph.D.
Jefferson Braga da Silva, M.D., Ph.D.
Denise Cantarelli, M.Sc., Ph.D.
Pedro Martins, M.D.

From the Division Plastic Surgery and the Biologist Institute, Pontificia Universidade Catolica do Rio Grande do Sul. Received for publication May 17, 2005; accepted August 2, 2005.
Presented at the Annual Scientific Meeting of the American Society of Plastic Surgeons, in Philadelphia, Pennsylvania,
October 9 through 13, 2004, and at the Annual Meeting of the American Society for Aesthetic Plastic Surgery, in New Orleans, Louisiana, April 29 through May 4, 2005.
Copyright ©2006 by the American Society of Plastic Surgeons

Background: Follicular units are commonly used in baldness surgery, and they have become a global procedure for both male and female patients. The yield from micrografts varies between 70 and 85 percent. Yield is determined by factors such as quality of the harvested donor area, preparation of the units, care taken during the implantation procedure, and follicular apopto­sis. To improve hair density and stimulate follicular unit growth, an exper­imental study was designed using platelet plasma growth factors obtained from the patient’s autologous plasma.

Methods: The author established a protocol within a group of 20 patients with male pattern baldness. The data showed a gaussian distribution; to compare the two procedures involved in this clinical trial, the paired t test was used.

Results: The author observed a significant difference in the yield of follic­ular units when comparing the experimental with the control areas of the scalp (p < 0.001). The areas treated with platelet plasma growth factors demonstrated a yield of 18.7 follicular units per cm2, whereas the control areas yielded 16.4 follicular units per cm2, an increase in follicular density of 15.1 percent. Among patients who used the experimental protocol, some experienced only 3 percent and others experienced a 52 percent increase in density.

Conclusions: This study provides a new perspective and contribution to baldness surgery with follicular unit megasessions, ‘and demonstrates an improvement that can be introduced into baldness surgery clinics with less morbidity and a low cost-to-benefit ratio. Further studies may improve the efficiency of the technique and allow digital programs to better evaluate the increase in hair density. (Plast. Reconstr. Surg. 118: 1458, 2006.)
Lire la publication intégrale ici


Part 2 – Rôle du facteur de croissance du Plasma plaquettaire dans la greffe capillaire

Part 2 –  Rôle du facteur de croissance du Plasma plaquettaire dans la greffe capillaire

Baldness surgery with micrografts and minigrafts performed in megasessions was described in 1989 and 1991,12 and today it is a widely used technique for treating both male and female hair pattern baldness. The procedure transplants great quantities of follicular units harvested from the posterior occipital area of the scalp and places them in bald regions. These transplanted units carry a good genetic histology, providing the future hair with the same quality of growth, durability, and characteristics of the donor area.
Implanted hair growth has an individual cycle. During the first 2 weeks of implantation, the catagen phase occurs, marked by an inflammatory process in which redness in the scalp and shedding of the hair shaft is common.
The patient then enters the telogen phase, which lasts between 3 and 4 months. This is followed by the latency period, which precedes the third phase, anagen. During this phase, the future hair begins to grow. During the resting period, substantial follicular unit loss can occur because of apoptosis. Between 15 and 30 percent of the implanted grafts will be either eliminated or absorbed by the scalp. Therefore, only 70 to 85 percent of the im¬planted hair will sprout. Considering this im¬portant hair loss fact, a clinical trial using platelet plasma growth factors obtained from the patient’s own plasma was developed.
This experimental research was submitted to and approved by the Ethics Committee of the Pon-tificia Universidade Catolica do Rio Grande Do Sul, Division of Plastic Surgery.

next part 3


Optimisation de la MAXIgreffe 3D avec le Plasma Riche en Plaquettes (PRP)

Optimisation de la MAXIgreffe 3D avec le Plasma Riche en Plaquettes (PRP)

Nous pratiquons aussi la FUE pour des petites surfaces même si nous ne la conseillons pas.

Nous proposons à nos patients d’optimiser leur greffe en faisant du Plasma Riche en Plaquettes dans lequel les greffons seront triés avant d’être implantés

 

Les plaquettes contenants des facteurs de croissance permettront de réveiller certaines cellules souches, de fortifier les cheveux existants, d’avoir une repousse plus rapide.

Une dernière étude américaine démontre qu’avec le PRP  on obtiendrai 20 % de cheveux en plus que lors d’une greffe classique.

Nous serrons au maximum les greffons sur la première ligne, afin d’obtenir une bonne barrière visuelle avec un excellent rendu.

Ceci est expliquée par l’étude publiée dans le Figaro dont les conclusions sont :
si on sert à moins de 3 mm chaque greffons on stimule  des follicules au repos ( probablement par les facteurs de croissance de la graisse nourricière ainsi qu’un bulge et muscle érecteur non altéré par le prélèvement)

 

Ce patient a bénéficié  d’une MaxiGreffe et d’une injection PRP, les photos montrent le résultat 6 mois après l’intervention


Communiqué de presse : La nouvelle méthode Maxigreffe3D

Communiqué de presse : La nouvelle méthode Maxigreffe3D

Début de l’article sur Paris-Communiqué

« Pour la majorité des gens ayant une calvitie, elle entraîne, à un degré moindre, un simple complexe ou bien plus gravement, des troubles psychologiques pouvant aller jusqu’à la dépression. L’alopécie androgénique est la conséquence de deux facteurs : une trop grande sensibilité du cuir chevelu aux hormones mâles et une hérédité directe. La femme n’est pas épargnée ; bien que moins spectaculaire, la calvitie est plus diffuse, jamais en plaque (à moins d’une pelade) et est située sur la raie médiane qui s’élargit. Elle survient généralement après la ménopause. »

>lire la suite